Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 septembre 2014 4 25 /09 /septembre /2014 11:31

L’Auteur   Le dernier paragraphe du Mannequin suffirait à mon avis à justifier Madame Bergeret.

Elle vient d’annoncer à son mari qu’elle ne peut plus y tenir, qu’elle part vivre chez sa mère emmenant leur fille Juliette et lui laissant Pauline qui avait, nous dit-on, de la sympathie pour son père. Voici le paragraphe annoncé : « En entendant ces paroles, en la voyant au point où il l’avait amenée par sa prudence et sa constance, M. Bergeret fit effort pour contenir sa joie, craignant, s’il la faisait paraitre, que madame Bergeret ne renonçât à un arrangement qu’il trouvait si agréable. Il ne répondit rien, mais il inclina la tête en signe de consentement. »

Tout n’est-il pas dit ? Ne voit-on pas suffisamment le noir machiavélisme de l’affreux bonhomme ? Ne pense-t-on pas à Divorce à l’italienne ?

Notez bien qu’il ne semble pas déplorer la perte de sa fille Juliette. Cela ne le classe-t-il pas immédiatement ?

On pourrait en rester là, n’est-ce pas ? Non ?

 

Dinosaure ricane Divorce à l’italienne !

Rose  Il me semble nécessaire d’en discuter un peu plus longuement. Le professeur Bergeret—tiens ! Tout à l’heure, quand Violette lisait, elle parlait de l’université de Tourcoing ; j’en ai été surprise, je croyais que la ville n’était jamais nommée… Passons--, Bergeret a toujours eu ma sympathie dans cette affaire… Toi-même, il n’y a pas si longtemps…

L’Auteur  Je le reconnais, comme toi j’ai été—n’ayons pas peur des mots--manipulée par France qui n’est pas le témoin neutre qu’il voudrait paraitre…

Mais tu as raison. Approfondissons.

 

Approfondissement ici-même un jour prochain. À bientôt !

 

Repost 0
24 septembre 2014 3 24 /09 /septembre /2014 12:15

Au lever du rideau, trois personnages sont en scène, Rose candide, Dinosaure et Violette perplexe.

Décor : 4 fauteuils dont 3 déjà occupés et 1 bar.

 

Dinosaure Je vous dis qu’elle ne viendra pas.

Rose Elle a promis.

Dinosaure ricane.

 

Un temps

 

VioletteSavez-vous qui est cette Madame Bergeret ?

Dinosaure Un personnage de roman. Je vous demande un peu : réhabiliter un personnage de roman… Elle nous aura tout fait.

VioletteJ’aimerais en savoir un peu plus. Si vous en profitiez pour m’expliquer, que j’ai l’air un peu moins sot…

Dinosaure lui tendant un petit bouquin qu’il sort de sa poche Tiens ! La quatrième de couverture devrait t’éclairer…

Violette lisant  Anatole France… Le Mannequin d’osier… (Tiens ! Editions Carrefour ! Qu’es aco ?)  La vie de Monsieur Bergeret, professeur à l’université de Tourcoing, est apparemment bien banale : sa femme le trompe, toute la ville en parle et les dames de la bourgeoisie le saluent à peine. Il est soumis aux tracasseries domestiques de son épouse que symbolise le Mannequin d’osier dont elle encombre son cabinet de travail.

 

Arrivée de l’Auteur

Les autresEnfin !

 

L’Auteur va se servir quelque chose au bar puis vient occuper le quatrième fauteuil.

 

Eh bien ! On y va ? Je vous préviens : j’ai rien préparé. On se lance ?

Rose gaiment  On se lance

Dinosaure grommelle ; on peut percevoir « foutue fumiste »

Violette ouvre tout grand ses yeux, pour mieux entendre sans doute.

 

L’Auteur Tout le monde connait le personnage de Lucien Bergeret, héros de l’Histoire contemporaine d’Anatole France ?

Violette, perplexe, lançant un regard de reproche à Dinosaure Oh ! Je croyais qu’on allait parler du Mannequin d’osier !

Dinosaure agacé C’est pareil !

Rose Non ! Ce n’est pas la même chose ! Mais le Mannequin d’osier est une partie de l’Histoire contemporaine et c’est, si je ne m’abuse, précisément là que Madame Bergeret est quelque peu maltraitée par son mari avec l’appui évident de France. C’est donc bien finalement Le Mannequin d’osier, et lui seul, qui nous intéresse aujourd’hui. N’est-ce pas ?

L’Auteur Tout à fait Rosy !

 

La suite une autre fois pas que ça à faire…

 

Repost 0
21 septembre 2014 7 21 /09 /septembre /2014 16:49

Il semble que chaque être humain possédant la redoutable faculté qui situe notre espèce tellement au-dessus des autres animaux, la faculté de connaitre sa fin inévitable, souhaite—que l’on me permette de reprendre ici une formule rencontrée voilà quelques jours sur la Toile—« consoler sa mort » en laissant derrière lui une œuvre.

Pour ma part, j’ai cru longtemps que laisser une descendance suffirait à mon bonheur posthume.

 

Aujourd’hui, peut-être en raison de la plus grande proximité du terme, je commence à penser qu’il conviendrait d’envisager une œuvre plus ambitieuse, de laisser une empreinte plus durable.

 

Ce matin, au cours de notre randonnée quotidienne, l’Idée s’est imposée à mon esprit.

 

Je vais réhabiliter Madame Bergeret !

 

Je t’entends, Lecteur, t’exclamer : « Qu’est-ce qu’elle raconte ?  Quelle Madame Bergeret ?  Quelle réhabilitation ? Qu’est-ce qu’elle nous chante ? Quelle mouche la pique ?... »

Je comprends ta surprise, Lecteur !

 

Je te parlerai de cette femme, épouse de Lucien Bergeret—le vrai ; vrai autant que peut l’être un personnage de roman, mais plus vrai que moi, par l’antériorité d’abord, par la plus grande notoriété de son créateur ensuite--, poussée par son mari—qui en la circonstance use de procédés assez écœurants qui devraient provoquer l’indignation de toute féministe cohérente—à abandonner le foyer conjugal…

La dame avait certes « fauté » comme on disait en ces temps anciens, mais Monsieur semble profiter de l’aubaine pour se débarrasser d’une compagne devenue importune.

 

Il y aurait beaucoup à dire. Peut-être le dirai-je.

 

 

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Bergeret
  • Le blog de Bergeret
  • : sans queue ni tête
  • Contact

Profil

  • bergeret
  • Mi-figue;mi-raisin
Procrastinateur confirmé
Fumiste
Bloguenaudouilleur
  • Mi-figue;mi-raisin Procrastinateur confirmé Fumiste Bloguenaudouilleur

Recherche