Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 octobre 2016 6 01 /10 /octobre /2016 17:23

...un peu de lecture pour remettre les pendules à l'heure...

Repost 0
1 octobre 2016 6 01 /10 /octobre /2016 08:39

Ces derniers mois, je lis "en pointillé", je butine...

Sur une impulsion, j'ouvre un bouquin, le plus souvent parce qu'il se trouve à ma portée sur l'étagère de bibliothèque devant laquelle je me suis arrêté un moment...

...je feuillette...

Parfois, un texte me renvoie à un autre bouquin que je cherche dans ma bibliothèque...

C'est ainsi qu'un texte sur les livres dans les latrines de Swift m'a plongé dans la lecture de L'Histoire des quatre dernières années du règne de la Reine Anne.

Repost 0
24 septembre 2016 6 24 /09 /septembre /2016 08:17

Depuis quelques temps, je me répétais : "Penser à relire la Montagne Magique"...

... et voilà que le billet du jour d'Assouline m'apprend qu'une nouvelle traduction vient de paraitre...

...donc, ajouter cette nouvelle traduction à la liste de mes achats à Ombre Blanches ...

Repost 0
23 septembre 2016 5 23 /09 /septembre /2016 11:09

...et c'est encore bien peu dire...

La semaine en cours a été réservée à nos mères.

Charlotte est rentrée dans un bien triste état de chez la sienne(une histoire de verger qui n'en finit pas--peut-être vous racontera-t-elle tour cela un jour--)

Demain, elle part chez sa belle-mère pour deux jours ce qui ne saurait manquer de l'achever...

Repost 0
5 septembre 2016 1 05 /09 /septembre /2016 15:09

Pierre Bayard ,on pourra lire cet article .

Sur un sujet qui me tient beaucoup plus à cœur, on pourra lire ici
.

Repost 0
2 août 2016 2 02 /08 /août /2016 16:07

À lire : CECI

...et, pendant que vous y êtes, le chapitre XII du livre II qui fait définitivement mon désespoir...

Repost 0
25 juin 2016 6 25 /06 /juin /2016 11:53

Les Dieux de l'Olympe m'en sont témoins, je suis de ceux qui ne prennent pas BHL pour un Grand Homme, ni même pour un grand intellectuel, mais...

je ne suis pas d'accord avec ceux qui se gaussent parce que, se fiant aux sondages, il a cru naïvement que le résultat était acquis; les philosophes eux-mêmes peuvent être naïfs après tout et ne sont pas tenus de connaitre l'avenir mieux que le commun des mortels...

ce qui me fait sourire, c'est l'heure du TWEET, aux petites heures, c'est l'évidente précipitation, c'est le désir d'être LE PREMIER à faire SON ANALYSE et quelle analyse!...

Défaite probable du Brexit. Déroute, donc, des souverainistes, des xénophobes, des racistes. Reste, maintenant, á refonder l'Europe.

c'est la manie du TWEET, de la réaction obligatoire en temps réel qui semble avoir définitivement gagné ce qu'il est convenu d'appeler "l'élite".

Repost 0
6 juin 2016 1 06 /06 /juin /2016 13:22

Je vous ai donné à lire, il y a peu, le chapitre 13 de Monsieur Bergeret à Paris d'Anatole France.

En Juillet 2011, j'avais copié sur ce blog le début du chapitre 14 où nous rencontrions un vieil ami de Bergeret, "l'ami des mauvais jours" Jumages.

Farfouillant encore un peu, j'en retrouve la suite sur mon autre blog Mémoire de liseur, suite que vous pourrez lire ici si cela vous intéresse .

Précisons que c'est la lecture de Monsieur Bergeret qui m'a incité à ajouter Les Mille et une nuits dans la version de Mardrus à ma bibliothèque.

Je ne résiste pas au plaisir de vous donner la suite du chapitre.

…Il aimait à couper les feuillets des livres. C’était un sage qui se faisait des voluptés appropriées à son état. L’austère Jumage lui envia cet innocent plaisir. Le tirant par la manche :
-- Ecoute-moi, Lucien. Je n’ai aucune de tes idées sur l’Affaire. J’ai blâmé ta conduite. Je la blâme encore. Je crains qu’elle n’ait les plus fâcheuses conséquences pour ton avenir. Les vrais Français ne te pardonneront jamais. Mais je tiens à déclarer que je réprouve énergiquement les procédés de polémique dont certains journaux usent à ton égard. Je les condamne. Tu n’en doutes pas ?
-- Je n’en doute pas.
Et après un moment de silence, Jumage reprit :
-- Remarque, Lucien, que tu es diffamé en raison de tes fonctions. Tu peux appeler ton diffamateur devant le jury. Mais je ne te le conseille pas. Il serait acquitté.
-- Cela est à prévoir, dit M. Bergeret, à moins que je ne pénètre dans la salle des assises en chapeau à plumes, une épée au côté, des éperons à mes bottes, et trainant derrière moi vingt mille camelots à mes gages. Car alors ma plainte serait entendue des juges et des jurés. Quand on leur soumit cette lettre mesurée que Zola écrivit à un Président de la République mal préparé à la lire, si les jurés de la Seine en condamnèrent l’auteur, c’est qu’ils délibéraient sous des cris inhumains, sous des menaces hideuses, dans un insupportable bruit de ferrailles, au milieu de tous les fantômes de l’erreur et du mensonge. Je ne dispose pas d’un si farouche appareil. Il est donc très probable que mon diffamateur serait acquitté.
-- Tu ne peux pourtant pas rester insensible aux outrages. Que comptes-tu faire ?
-- Rien. Je me tiens pour satisfait. J’ai autant à me louer des injures de la presse que de ses éloges. La vérité a été servie dans les journaux par ses ennemis autant que par ses amis. Quand une petite poignée ‘hommes dénoncèrent pour l’honneur de la France la condamnation frauduleuse d’un innocent, ils furent traités en ennemis par le gouvernement et par l’opinion. Ils parlèrent cependant. Et, par la parole, ils furent les plus forts. Le gros des feuilles travaillait contre eux, avec quelle ardeur, tu le sais ! Mais elles servirent la vérité malgré elles, et en publiant des pièces fausses…
-- Il n’y a pas eu autant de pièces fausses que tu crois, Lucien.
-- …permirent d’en établir la fausseté. L’erreur éparse ne peut rejoindre ses tronçons dispersés. Finalement il ne subsista que ce qui avait de la suite et de la continuité. La vérité possède une force d’enchaînement que l’erreur n’a pas. Elle forma, devant l’injure et la haine impuissantes, une chaîne que rien ne peut plus rompre. C’est à la liberté, à la licence de la presse que nous devons le triomphe de notre cause.
-- Mais, vous n’êtes pas triomphants, s’écria Jumage, et nous ne sommes pas vaincus ! C’est tout le contraire. L’opinion du pays est déclarée contre vous. Toi et tes amis, j’ai le regret de te le dire, vous êtes exécrés, honnis et conspués unanimement. Nous vaincus ? Tu plaisantes. Tout le pays est avec nous.
-- Aussi êtes-vous vaincus par le dedans. Si je m’arrêtais aux apparences, je pourrais vous croire victorieux et désespérer de la justice. Il y a des criminels impunis. La forfaiture et le faux témoignage sont publiquement approuvés comme des actes louables. Je n’espère pas que les adversaires de la vérité avouent qu’ils se sont trompés. Un tel effort n’est possible qu’aux plus grandes âmes.
Il y a peu de changement dans l’état des esprits. L’ignorance publique a été à peine entamée. Il ne s’est pas produit de ces brusques revirements des foules qui étonnent. Rien n’est survenu de sensible ni de frappant. Pourtant il n’est plus le temps où un Président de la République abaissait au niveau de son âme la justice, l’honneur de la patrie, les alliances de la République, où la puissance des ministres résultait de leur entente avec les ennemis des institutions dont ils avaient la garde ; temps de brutalité et d’hypocrisie où le mépris de l’intelligence et la haine de la justice étaient à la fois une opinion populaire et une doctrine d’État, où les pouvoirs publics protégeaient les porteurs de matraque, où c’était un délit de crier « Vive la République ! » Ces temps sont déjà loin de nous, comme descendus dans un passé profond, plongés dans l’ombre des âges barbares.
Ils peuvent revenir ; nous n’en sommes séparés encore par rien de solide, ni même rien d’apparent ni de distinct. Ils se sont évanouis comme les nuages de l’erreur qui les avait formés. Le moindre souffle peut encore ramener ces ombres. Mais quand tout conspirerait à vous fortifier, vous n’en êtes pas moins irrémédiablement perdus. Vous êtes vaincus par le dedans, et c’est la défaite irréparable. Quand on est vaincu du dehors, on peut continuer la résistance et espérer une revanche. Votre ruine est en vous. Les conséquences de vos erreurs et de vos crimes se produisent malgré vous et vous voyez avec étonnement votre perte commencée. Injustes et violents, vous êtes détruits par votre injustice et votre violence. Et voici que le parti énorme de l’iniquité demeuré intact, respecté, redouté, tombe et s’écroule de lui-même.
Qu’importe, dès lors, que les sanctions légales tardent ou manquent ! La seule justice naturelle et véritable est dans les conséquences même de l’acte, non dans des formules extérieures, souvent étroites, parfois arbitraires. Pourquoi se plaindre que de grands coupables échappent à la loi et gardent de méprisables honneurs ? Cela n’importe pas plus, dans notre état social, qu’il importait dans la jeunesse de la terre, quand déjà les grands sauriens des océans primitifs disparaissaient devant des animaux d’une forme plus belle et d’un instinct plus heureux, qu’il restât encore, échoués sur le limon des plages, quelques monstrueux survivants d’une race condamnée.

Sortant de chez son ami, Jumage rencontra, devant la grille du Luxembourg, le jeune M. Goublin.
--Je viens de voir Bergeret, lui dit-il. Il m’a fait de la peine. Je l’ai trouvé très accablé, très abattu.
L’Affaire l’a écrasé.

Repost 0
4 juin 2016 6 04 /06 /juin /2016 10:24

Je crois vous l'avoir déjà dit : chez Assouline, on croise des "personnages"; ainsi, celui qui, à l'époque de mon premier passage sur la RDL, signait ArrêtezTout après avoir été Mauvaises Langues.

En ce temps-là, il tenait un blog, au demeurant intéressant quand il se limitait à la Littérature, sous le pseudonyme Melchisedek.

Chez Assouline, il signe maintenant Widergänger.

Pour ma part, je préfère le nommer Le Sioniste Fou pour ses commentaires du type de celui-ci posté le 3 Juin à 1h09 sur la RDL :

L’arabe en CP c’est une authentique monstruosité socialiste de Belcassetout et de sa clique au pouvoir au ministère. La même canaille qui a fait voter la résolution de l’Unesco et qui veut en Ayrault/héros/zéro…régler le conflit qu’Israël, persécuté depuis plus de soixante ans par les Arabes de Palestine, subit avec les Arabes de Palestine qui ne sont que des immigrés arabes des pays arabes voisins et dont l’immigration, dans leur immense majorité, ne remonte guère avant 1880. On est chez les fous avec ces gens-là. De véritables ordures.

On pourrait également voir en lui Le Prophète fou de L'Etoile mystérieuse.

Ce matin, par exemple, vers 11H45 :

Les trois défaites de la France face à l’Allemagne : 1870, 1917, 1940 ; la Shoah, les horreurs du colonialisme, des guerres d’Algérie, du Vietnam, les tortures, et aujourd’hui la guerre civile larvée qu’est devenue la société française en état de catalepsie, ont définitivement assassiné l’universalisme classique. Le monde né vers 1750 est en train de mourir sous nos yeux éberlués (je pense à Finkielkraut, qui est une figure tragique et pathétique de cette fin du monde).

ou, un peu plus tôt :

C’est la fin d’un monde et peut-être même pour des gens comme Finkielkraut, mais bien au-delà et bien plus profondément encore parce que derrière ces anecdotes de l’Ecole en folie et en état de catalepsie c’est une forme larvée de guerre civile qui se profile, — c’est la fin du monde.

Un personnage
Repost 0
28 avril 2016 4 28 /04 /avril /2016 11:36

On ne manquera pas de vous parler...

d'Adélaïde Fouque la fondatrice dite Tante Dine

de Pierre Rougon et Félicité Puech

d'Antoine Macquart et de Joséphine dite Fine dont j'ai oublié le nom (on me souffle Gavaudan)

D'Ursule Macquart et de Mouret dont je n'ai pas retenu le prénom

D'Etienne, Pascal, Aristide Rougon et de leurs soeurs Marthe et....et je ne sais plus Sidonie qui joue un rôle clef dans La Curée que je lis en ce moment

D'Hélène, François et Silvère Mouret qui tant Miette aima...

De Lisa, Gervaise et Jean Macquart

et de leurs descendants...

Comme toujours, à la lecture des Rougon-Macquart, une furieuse envie d'arbre généalogique me saisit...

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Bergeret
  • Le blog de Bergeret
  • : sans queue ni tête
  • Contact

Profil

  • bergeret
  • Mi-figue;mi-raisin
Procrastinateur confirmé
Fumiste
Bloguenaudouilleur
  • Mi-figue;mi-raisin Procrastinateur confirmé Fumiste Bloguenaudouilleur

Recherche