Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 janvier 2017 7 15 /01 /janvier /2017 18:06

Il y a quelques jours, presqu’une semaine, j’évoquais ici une furieuse envie de parler d’une année particulière de ma vie, une année où les événements importants me paraissent plus nombreux que la normale, une année où les repères de datation sont indéniablement bien flous; peut-être ceci s’est-il produit un an plus tôt, peut-être cela l’année suivante et à quelle sorte d’année appartient celle que j’ai en tête : année légale, année scolaire ou encadrement de mon quatrième anniversaire ?

J’ai donc commencé une liste des événements que j'ai l'habitude d'évoquer en commençant invariablement par "J'avais quatre ans quand..."

J’avais quatre ans quand nous avons eu la coqueluche, ma petite sœur et moi, mais aussi le bébé de ma tante qui n’a pas survécu…

 

J’avais quatre ans quand mon père est revenu avec, pour moi, un petit fer à repasser qui se branchait « pour de bon » et qui me permettait de repasser « en vrai » mes mouchoirs…

 

J’avais quatre ans quand J’ai fait ma première entrée à l’école…

 

J’avais quatre ans quand le Père Noël m’a apporté mon vélo rouge, avec une bonne semaine de retard, en passant par la fenêtre de la salle à manger—il n’y avait pas de cheminée chez mes grands-parents--, nous alertant par un bruit de chute « pas grave » selon mon grand-père qui était allé se rendre compte (je n’ai jamais su s’il avait eu le temps d’apercevoir « Papa Noël »)…

 

J’avais quatre ans quand mon grand-père préféré est mort…

 

J’avais quatre ans quand je me suis blessé juste sous l’œil gauche, là où vous pouvez encore apercevoir une minuscule cicatrice, tout près de la tempe…

 

J’avais quatre ans quand on a pu supprimer les « petites roues » de mon vélo rouge et que j’ai su rouler comme les grandes personnes…

 

J’avais quatre ans quand le frein de mon vélo m’a vilainement blessé, marquant pour toujours ma cuisse de la balafre elliptique que vous pouvez encore voir…

 

…et puis, je me suis dit que c’était là un sujet pour Charlotte.

C’est ça ! Que Charlotte s’y colle !

Repost 0
5 janvier 2017 4 05 /01 /janvier /2017 15:46

Ouf! C'est derrière nous!

Nous voilà tranquilles jusqu'au 24 Décembre 2017!

il y a quelques temps quelqu'un me demandait "Mais qu'allez-vous faire chez Assouline?" à quoi je répondais "Compléter ma collection d'insultes, pardi!"

Parfois, je me demande si Pierre Assouline ne choisit pas volontairement les sujets qui généreront les plus belles empoignades entre ses lecteurs, comme celui-ci par exemple.

Je n'y vais d'ailleurs plus que très rarement et, quand j'y vais, je ressors dès que je croise Widergänger, c'est-à-dire la plupart du temps tout de suite.

Il y a des limites au supportable.

Bonne Année quand même...

Repost 0
21 décembre 2016 3 21 /12 /décembre /2016 15:33

Eh oui! C'est l'hiver

Je me souviens d'un temps où, chaque année à l'approche de Noël, j'attendais une neige qui n'arrivait que très rarement.

Année après année, j'ai cru à la Neige de Noël encore plus longtemps qu'au Père du même nom...

Aujourd'hui, Charlotte broie du noir à la perspective d'un Noël de plus chez sa belle-mère.

Hier, j'ai rencontré Aline qui, elle aussi, broyait du noir pour une toute autre raison.

Remarque destinée principalement à Dinosaure:

Quand je dis "j'ai rencontré Aline", on peut lire "j'ai imaginé que je rencontrais Aline" car ni vous ni moi ne saurions oublier qu'Aline est un personnage fictif, sorti tout habillé de mon cerveau, qui a déjà commencé à nous parler des opinions politiques de son père.

Fin de la remarque destinée principalement à Dinosaure.

Aline m'a confié qu'elle avait "un coup de mou" après la lecture du dernier article d'Assouline qui lui avait évoqué son père qui était évidemment "Algérie française", anti-de Gaulle, lecteur de Minute...

Elle a ajouté "Cela a surtout réveillé le souvenir de l'influence qu'il a failli avoir sur moi à cette époque-là... Je vous raconterai peut-être cela quelque jour si j'arrive à y voir clair moi-même..."

À part ça?

Joyeux Noël malgré tout!

..................................ET........................................................................................

Parce que je souhaite retrouver aisément cet article de Juan Goytisolo et parce que je vous en conseille vivement la lecture : cliquer ici.

..................................ET........................................................................................

en réfléchissant un peu, peut-être comprendras-tu, ô Suave Lectrice, pourquoi je place le présent article dans la rubrique Voici pourquoi...

Repost 0
10 décembre 2016 6 10 /12 /décembre /2016 11:26

...et la déprime matinée de colère qui montait  généralement dès la fin Septembre n'est pas encore là.

Je crois savoir ce qu'il en est mais ce serait plutôt le rôle de Charlotte de vous expliquer tout cela...

Charlotte n'a aucune envie de s'expliquer.

Plus tard peut-être?

En attendant...

Je me suis replongé dans nos archives pour retrouver ce que je disais de cette merveilleuse période et ce qu'en disait de son côté Charlotte.

Repost 0
26 décembre 2015 6 26 /12 /décembre /2015 09:03

Rentrant de notre réveillon et de notre repas de Noël mornes, obligatoires et annuels, quelques envois de ressources pour mes jeux favoris effectués, je suis sorti faire un tour chez Assouline.

Plusieurs commentaires indiquaient une nouvelle incartade de Clopine, celle qui depuis quelque temps fait suivre son surnom de l’ébouriffant « définitivement un cas à part ».

Vivement intéressé, d’autant plus qu’il semblait que Bergeret s’était une fois de plus trouvé pris dans la tourmente, voulant en savoir davantage, je remontai le cours de la discussion—évident avantage de la discussion blogosphérique sur les échanges oraux si difficiles à reconstituer--

Si j’ai bien compris, tout cela a commencé par une discussion sur un bouquin à paraitre.

Passons.

Paul Edel, qui a quelques raisons d’être plus qu’agacé par la dame, avait écrit ceci vers 12H54:

Pfff clopine apprenez qu’ il circule des jeux d épreuves chez les libraires les journalistes les jurés très longtemps à l avance madame du corbeau

Bon ! Il semble que Paul Edel, pour cette fois, soit l’agresseur…

Mais il faut se rappeler ce qu’elle a donné à entendre, chez Assouline l’année dernière, sur des relations téléphoniques qu’elle aurait eu avec lui quelques années auparavant.

Réponse de Clopine, définitivement un cas à part... à 13 h 15 min

Mais enfin, pouquoi « Madame du Corbeau », Paul Edel, et que cherchez-vous derrière mes messages ? J’ai lu, sur une page de web (d’ailleurs un lien a été mis ici même, sans provoquer chez vous un tel pointage du doigt indiquant on ne sait quelle « délation ») que notre hôte allait publier un nouveau livre. Comme je sais que, justement, des épreuves circulent et que certains sont mieux renseignés que d’autres, j’ai demandé si quelqu’un, ici, savait quelque chose… Où vous voyez-vous de la délation ou une quelconque mauvaise intention ? Grands dieux, ma curiosité me semble légitime : depuis le temps que je viens ici, et que je lis ses livres, il me paraît normal d’avoir de la curiosité (bienveillante, qui plus est…)
Paul Edel, vous déraisonnez

Paul edel répond à 13 h 21 min :

Quand vous donnez le nom reel d une personne qui a choisi un pseudo c est une délation et de plus quand on ne raisonne pas selon vos cliches mentaux on est qualifié dr troll

Et voici le pavé de 14H08, où le malheureux Bergeret qui n'a rien fait est pris à partie par Clopine, définitivement un cas à part...:

Paul Edel, soyons sérieux ! Une fois, une seule fois, par erreur, parce que je suis trop légère, sans doute, pour faire bien attention à autrui, je le veux bien, parce que la personne en question n’a que peu de choses à faire avec moi ce qui fait que je l’avais oubliée, que je n’y avais pas porté toute l’attention à laquelle elle avait certainement droit, mais enfin ! j’ai donné le nom réel d’une personne. Quand elle m’a sommée (avec une bonne dose d’insultes à la clé d’ailleurs) de réparer, j’ai écrit à Pierre Assouline qui a effacé le message en question et j’ai présenté mes excuses…
En fait, je n’avais pas capté que c’était son vrai nom que je donnais là : je croyais que c’était l’un de ses pseudos (ils sont insignifiants, au sens qu’ils ne disent rien sur elle, comme le « lola » qu’elle utilise chez vous, et aussi banals que son véritable nom, d’où ma méprise).
Pourquoi en suis-je arrivée à la citer, avec donc son vrai nom et non son pseudo ? c’est elle m’envoyait message sur message à propos d’un troisième internaute (ça commence à faire trop pour moi !)
Qui était ce troisième internaute ? Ici, son pseudo est « ‘Dexter », et c »‘est sous cette identité que ce monsieur, qui s’était procuré mon téléphone via l’innocent Clopin, m’a téléphoné (sur mon lieu de travail….)
J’ai trouvé l’attitude de cette personne très étrange. Ce monsieur avait écrit des textes, m’avait demandé de les lire, ce que j’avais fait, et je les avais « critiqués » (opéré une analyse de ces textes) : je les avais trouvés bons quoiqu’inégaux, j’en avais parlé ici…
Là, ça s’est drôlement emmanché. je croyais avoir été la seule à qui la personne en question, disons « Dexter », avait envoyé les textes : que nenni. J’ai été, je l’avoue, un peu vexée : pourquoi Dexter ne m’avait-il pas dit avoir envoyé ces textes à d’autres redéliens que moi ?
re-(ou bien était-ce le premier, je ne sais plus ?) coup de téléphone de Dexter. J’ai trouvé son attitude extrêmement curieuse, étrange, gênée. A mille lieues de la simplicité de mes rapports habituels avec autrui, de la clarté que j’ai avec tel ou tel.
La lecture de ses mails était tout aussi troublante. Il faisait allusion au troll, on aurait dit qu’il était (presque) en train de revendiquer des attitudes trollesques à mon égard…
J’en ai profondément assez des emberlificotages trollesques à mon endroit.
Uun seul soupçon que Dexter soit aussi Lucien Bergeret, ce soupçon suffisait, pour moi, à couper court.
Je ne peux parler à quelqu’un que je soupçonne, surtout d’actes aussi graves, à mon sens, que ceux de Bergeret à mon égard. Songez que ce dernier, sur son blog, fait tranquillement état de ses pratiques à mon égard, qu’il annonce son intention de continuer et qu’il se place, en ricanant, dans la position de l’entomologiste curieux de voir ce que fait la bête, si on lui arrache les ailes. J’en ai encore des frissons quand j’y repense, comme quand je repense à la perversion qui anime, hélas, certains des êtres humains… bref.
j’ai donc cessé toute relation avec Dexter, mais c’est là que Lola est entrée en scène : elle voulait me persuader que Dexter ne pouvait pas être Bergeret, elle en avait la preuve…

Mon gros bon sens me fait dire que si Dexter, et d’un, n’était pas Bergeret, et de deux, voulait poursuivre une conversation avec moi, il n’avait pas besoin d’une tierce personne. Et, encore une fois, la crainte d’être manipulée par un pervers style Bergeret, et aussi le peu de cas que je faisais, au fond, de tout ça (car que m’importait tout ce cirque ? Les trolls ont perturbé quelqu’un comme Màc, ils jouent sans arrêt à dresser les uns contre les autres, sommes-nous vraiment obligés de rentrer dans leur jeu ?), m’a amenée d’une part à l’erreur que je reconnais volontiers, mais dont je me suis excusée cependant – (et si vous croyez qu’un seul troll au monde s’excusera jamais des tombereaux d’injures qu’il m’adresse, vous vous fourrez le doigt dans l’oeil).
Je récuse catégoriquement l’intention que vous me prêtez, et je trouve que, remettant aujourd’hui 100 balles dans la machine, vous faite preuve d’une grande malveillance à mon égard.
(l’erreur étant humaine, trop humaine !)
De plus, si vous avez suivi l’affaire, vous sauriez qu’elle m’a fatiguée outre mesure. Vous surajoutez donc à cette fatigue…
Pffffouuuu. Et si vous ne croyez pas en ma bonne foi,c’est que vous n’avez rien compris à qui je suis. Basta !

Vous ne comprenez pas tout ?

Pas d’affolement ! C’est normal !

Je la connais depuis longtemps et j’avoue avoir souvent du mal à suivre. Et nous sommes nombreux dans ce cas !

Lola, mise en cause par Clopine, n’y comprend rien non plus, comme le montrent ses deux messages adressés à Clopine d’abord, à Assouline ensuite :

A Clopine Trouillefou définitivement un cas à part. Je viens de découvrir vos posts de 14h08 et de 14h31 où vous mettez en cause « lola »dans une affaire à laquelle je ne comprends absolument rien. Je suis « lola »; vous avez donc révélé sur la RdL mon vrai nom , quand ???je ne vous ai jamais écrit message sur message, jamais insultée . Lorsque il y a au moins 6 mois vous aviez insinué que j’avais des rapports, quels rapports??? avec Pauledel, j’avais été estomaquée de votre culot à proférer des mensonges; j’avais averti un ami avocat; je pense que , les fêtes passées, il s’occupera de cette nouvelle affaire et je demande une expertise psychiatrique.Je demande à P. Assouline que ni vos posts ni les miens ne soient effacés de la RdL. J’ignore quel jeu vous jouez, vous êtes probablement malade. Il faudra vous faire soigner. Lola qui n’a rien à voir avec les « Histoires » de Clopine Trouillefou.

A Pierre Assouline. Un ami vient de me prévenir que j’étais mise en cause sur la RdL à 14ho8 et à 14h31 par Clopine Trouillefou définitivement un cas à part; je viens de lire les 2 posts auxquels je ne comprends rien du tout; Clopîne Trouillefou dit avoir révélé le vrai nom de « lola » etc etc dans une affaire quelle affaire??? Je suis « Lola » , je poste très peu sur la RdL, j’avais été mise en cause déjà par « clopine » dans un post où elle insinuait que j’avais je ne sais quelle histoire avec Pauledel; aujourd’hui elle met en cause « lola » . Qui est cette lola qui poste sur la RdL et dont elle parle en ces termes: » en fait je n’avais pas capté que c’était son vrai nom que je donnais là,je croyais que c’était l’un de ses pseudos (ils sont insignifiants au sens qu’ils ne disent rien sur elle,comme le « Lola » qu’elle utilise chez vous et etc etc »
» pourquoi en suis-je arrivée à la citer avec son vrai nom et non son pseudo? c’est elle m’envoyait message sur message » « avec une bonne dose d’insultes Etc etc »
Mon pseudo est Lola, j’ignore les tenants de l’affaire déclenchée par Clopine Trouillefou; je n’ai jamais écrit à cette femme,je ne comprends pas pourquoi je suis mêlée à une histoire aussi grandguignolesque. Vous voudrez bien ne rien effacer des messages de Clopine Trouillefou, auxquels je souhaite donner suite; pour l’heure c’est la fête et c’est Noël.

Repost 0
11 décembre 2015 5 11 /12 /décembre /2015 10:27

Les chauffages à accumulation nouvellement installés dans "notre moitié" de la maison de la mère de Charlotte fonctionnent à notre entière satisfaction.

La mère de Charlotte également.

Comme toujours à cette époque, moral médiocre.

Ça passera...

Charlotte parle de reprendre son blog, mais je ne vois rien venir.

À part ça?

Je redoute toujours autant les fêtes de fin d'année.

JOYEUX NOËL quand même!

Nous avons décidé de voter Dimanche.

Pour un peu de lecture qui ne saurait vous nuire,

cliquer ICI

.

Repost 0
5 janvier 2015 1 05 /01 /janvier /2015 11:50

Il est d’usage, en début d’année de dresser le bilan—avez-vous remarqué qu’on dresse un bilan un peu comme on dresse la table, mais pas comme on dresse son léopard—de l’année écoulée.

Dressons donc.

 

Je crois avoir déjà annoncé que l’année 2014 fut pour nous une année houleuse.

 

Cela avait commencé en Décembre 2013 par une suspicion de cancer de la prostate pour mon compagnon et donc une biopsie.

Qui dit biopsie de la prostate dit risque important d’infection ; nous n’y avons pas échappé ; nous nous sommes précipités aux Urgences à la première poussée de fièvre : hospitalisation, administration massive d’antibiotique, retour  à la maison la veille de Noël avec poursuite du traitement par un service d’infirmiers à domicile.

Bon côté de la chose—preuve que toute chose a son bon côté--, nous fûmes dispensés des réveillons en famille.

 

Les « fêtes » passées, le verdict tomba : test négatif.

Pas de cancer, donc.

 

Environ un mois plus tard éclata l’Affaire, épisode plutôt comique qui procura à  ce blog quelque animation.

 

Fut-ce une conséquence de la tension générée par l’épisode prostatique ? Une conséquence de l’Affaire qui battait alors son plein ? Fut-ce la Fatalité ?

Ce pouvait être aussi bien « le Petit Jésus qui me punissait d’avoir été impolie avec la dame » comme aurait pu dire ma grand-mère.

Le 7 Mars, on dut m’hospitaliser d’urgence : symptômes d’AVC.

Après deux jours de tests, le dernier IRM montra enfin un bouchon dans je ne sais quel coin de mon cerveau. AVC confirmé. AVC sans séquelles heureusement mais épée de Damoclès suspendue sur ma tête, surtout quand on connait mes antécédents familiaux.

AVC qui me fit écrire sur ce blog six mois plus tard « On est vieux quand on connait la fin de l’histoire ». Je crois, en effet, connaitre le « comment » mais pour le « quand » le doute subsiste.

Me voilà sous traitement : Kardégic, statine à vie.

 

Une semaine plus tard, retour aux Urgences mais cette fois pour mon compagnon qui faisait son quatrième ICTUS. Batterie d’examens habituels. Tout est nickel.

 

Mi-Mars, notre cinquantième anniversaire de mariage passe inaperçu de tous.

 

Puis ce fut Aglaë qui, patraque depuis Aout 2013, déclina rapidement : occlusion intestinale, vétérinaire, euthanasie le 12 Mai. Elle aurait eu 20 ans le 19 septembre.

 

Le 19 Septembre, nous n’avons pas fait souffler à sa sœur Sidonie les 20 bougies qui lui revenaient de droit.

 

Le 12 Décembre, c’est Sidonie qui fut euthanasiée. Cancer du sang.

 

Le Bilan ?

Nous n’aurons plus de chats, ni aucune sorte d’animal dépendant de nous.

La santé ? Finalement, ça pourra encore aller quelques temps.

Nos mères ? Notre fils ? Nos petits-enfants ? RAS ! Traduisez : Tout va bien.

Le blog ? Pratiquement abandonné en 2012 et 2013, il reprend quelques couleurs grâce à l’Affaire, sans excès toutefois.

 

Nos projets ? Avec la disparition de nos chats, nous pouvons envisager de longues absences et donc faire des projets de voyage sérieux.

En espérant qu’il ne sera pas trop tard….

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
4 janvier 2015 7 04 /01 /janvier /2015 10:49

Je vous ai déjà dit, je crois, que je n’aime pas Noël.

Me croirez-vous si j’avoue détester le Jour de l’An, le nouvel An ou comme vous voudrez l’appeler ?

Dans la famille de ma mère on disait « Les étrennes »…

 

Si « la magie de Noël » mourut pour moi le 25 Décembre 1955, celle du Nouvel An n’a jamais existé.

Pas le moindre cadeau mais la tournée obligatoire des grand-tantes.

Bise et un bonbon.

Rendement quasiment nul.

 

Mais, malgré tout

BONNE ANNEE

Et

J’espère que vos fêtes furent réussies

 

Pour ma part, Noël 2014 ayant été moyennement pénible, le Nouvel An de ceux que je préfère, en tête-à-tête avec mon compagnon, nous pouvons dire que tout fut pour le mieux.

 

Pour respecter la tradition, je prépare un bilan de l’année 2014 qui fut pour nous qelque peu houleuse.

Repost 0
31 décembre 2014 3 31 /12 /décembre /2014 07:33

Charlotte l’a suffisamment écrit sur son blog.

On pourrait même dire qu’elle l’a chanté sur tous les tons.

Voici venu mon tour de le crier.

JE HAIS NOËL

J’exècre les sapins garnis et les volailles farcies

Et pourtant…

 

Et pourtant, les Noëls d’avant 55 furent plutôt de beaux Noëls, de douces nuits, avec des attentes enchantées, des réveils magiques, des cris de joie, des émerveillements…

 

Noël 55 fut tragique. Hurlements et larmes.

 

Ceux qui suivirent furent tristes, déprimants, ennuyeux.

Par-dessus tout, terriblement obligatoires.

« Au fond, c’est une fête de famille » exulte Juliette.

 

Et cela continue….

 

 

Repost 0
25 décembre 2014 4 25 /12 /décembre /2014 09:18

Ceci a déjà été publié sur le blog de Charlotte, voilà quelques années.

 

Nous sommes au matin du 25 Décembre 1955, le Dimanche 25 Décembre 1955.

Je suis dans ma chambre.

Encore endormie ?

Retardant le moment de me lever ?

Plus probablement, en train de m’habiller pour la messe : c’est Noël et c’est Dimanche.

 

 

Et soudain, je l’entends encore, c’est le  hurlement d’animal blessé—désolée pour l’immonde cliché, mais chaque fois que, par la suite, j’ai lu cette expression dans la « littérature » qui en use, cela n’a pas évoqué pour moi un cri d’animal mais bien l’horreur de ce matin-là--, le hurlement qui nous a tous fait courir à la cuisine où nous l’avons trouvée, hystérique, se tordant les mains, incapable de nous expliquer sa douleur.

 

Elle venait d’apprendre la mort de son plus jeune frère.

« Mort subite »

 

Désespérés, nous l’étions tous.

Il avait 26 ans, un bébé d’un an et c’était Noël.

J’avais 12 ans et encore la naïveté de croire que les catastrophes ne peuvent pas se produire le matin de Noël.

 

J’étais désespérée mais le plus urgent c’était de la calmer. Personne n’osait lui parler, ni la toucher, ni la laisser seule à sa douleur.

J’avais 12 ans et la naïveté de croire avoir trouvé le moyen de diminuer sa souffrance.

« Pense comme ce serait plus grave si c’était papa qui était mort ! »

 

Ce regard !

Oh ! J’avais réussi à apaiser ses pleurs ! Effet de surprise sans doute.

Oh ! Ce regard qui signifiait clairement « Mais comment peut-elle être aussi stupide ? », qui signifiait peut-être aussi « Mais je préfèrerais mille fois que ce soit n’importe lequel de vous ! »

Elle a dit, presque calmement : « Laissez-moi seule ! Cela vaudra mieux »

Elle est montée dans sa chambre s’habiller pour rejoindre sa « vraie » famille.

 

Mon père a dit : « C’est gentil ce que tu as dit mais je ne pense pas que ce soit une bonne idée »

 

Ce dimanche-là, je ne suis pas allée à la messe.

 

 

Cela fait cinquante-neuf ans

 

 

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Bergeret
  • Le blog de Bergeret
  • : sans queue ni tête
  • Contact

Profil

  • bergeret
  • Mi-figue;mi-raisin
Procrastinateur confirmé
Fumiste
Bloguenaudouilleur
  • Mi-figue;mi-raisin Procrastinateur confirmé Fumiste Bloguenaudouilleur

Recherche