Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 mars 2010 7 21 /03 /mars /2010 12:50

Vous trouverez ici l'auteur du texte du jour. Je ne crois pas que le titre de l'oeuvre dont il est extrait soit .
En relisant les textes de la rubrique A propos des livres , vous devriez trouver toutes les réponses.

Texte proposé:

Si je m’y plantais, je m’y perdrais, et le temps : car j’ai un esprit primesautier. Ce que je ne vois de la première charge, je le vois moins en m’y  obstinant. Je ne fais rien sans gaieté ; et la continuation et la contention trop ferme éblouit mon jugement, l’attriste et le lasse. Ma vue s’y confond et s’y dissipe. Il faut que je le retire et que je l’y remette à secousses : tout ainsi que, pour juger du lustre de l’écarlate, on nous ordonne de passer les yeux par-dessus, en la parcourant à diverses vues, soudaines  reprises et réitérées.

Repost 0
Published by bergeret - dans Enigmes résolues
commenter cet article
17 mars 2010 3 17 /03 /mars /2010 07:21

Dans ces listes d'auteurs et d'oeuvres vous trouverez peut-être les clefs de cette énigme.
Il existe un autre indice ( pas très loin ) ailleurs sur le blog.

Il n’est pas facile de trouver la position idéale pour lire, c’est vrai. Autrefois, on lisait debout devant un lutrin. Se tenir debout, c’était l’habitude. C’est ainsi qu’on se reposait quand on était fatigué d’aller à cheval. Personne n’a jamais eu l’idée de lire à cheval ; et pourtant, lire bien droit sur ses étriers, le livre posé sur la crinière du cheval ou même fixé à ses oreilles par un harnachement spécial, l’idée te parait plaisante.

Repost 0
Published by bergeret - dans Enigmes résolues
commenter cet article
13 mars 2010 6 13 /03 /mars /2010 09:52
L' Enigme 1  ayant été proposée le 14 Février, vous trouverez la réponse dans cette rubrique demain.
A bientot, Lili.
Repost 0
Published by bergeret - dans Enigmes résolues
commenter cet article
9 mars 2010 2 09 /03 /mars /2010 11:22


J’étais plongé dans une de ces rêveries profondes qui saisissent tout le monde, même un homme frivole, au sein des fêtes les plus tumultueuses. Minuit venait de sonner à l’horloge de l’Elysée-Bourbon. Assis dans l’embrasure d’une fenêtre, et caché sous les plis onduleux d’un rideau de moire, je pouvais contempler à mon aise le jardin de l’hôtel où je passais la soirée. Les arbres, imparfaitement couverts de neige, se détachaient faiblement du fond grisâtre que formait un ciel nuageux, à peine blanchi par la lune. Vus au sein de cette atmosphère fantastique, ils ressemblaient vaguement à des spectres mal enveloppés de leurs linceuls, image gigantesque de la fameuse danse des morts. Puis, en me retournant de l’autre côté, je pouvais admirer la danse des vivants !  un salon splendide, aux parois d’argent et d’or,  aux lustres étincelants, brillant de bougies.

Repost 0
Published by bergeret - dans Enigmes résolues
commenter cet article
7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 10:06

 

Que la femme pense plus que l’homme, ce n’est pas neuf. Le fameux duc de Saint-Simon n’avait pas une petite idée de lui-même ; mais devant le jugement de sa femme il s’incline ; elle est le pilote dans les tempêtes de la cour. Dans le ménage Birotteau, c’est aussi la femme qui serait le pilote, mais elle n’est pas écoutée ; au reste vous trouverez dans Balzac une ample variété de philosophes en jupon. Je veux citer une fois de plus la célèbre lettre d’Henriette de Mortsauf  dans  Le Lys ; c’est un manuel de politique ; et l’on ne peut pas dire que Balzac ait diminué le génie masculin. Quelques exemples de ce genre éteindraient les plaisanteries faciles. Les avocats des femmes plaident mal.

Il faut considérer la structure et encore la structure. Les forts ne pensent guère ; ils brisent ou ils déplacent.

Repost 0
Published by bergeret - dans Enigmes résolues
commenter cet article
27 février 2010 6 27 /02 /février /2010 08:54

Quel auteur dans cette liste d'auteurs ?
Quel titre parmi ces Oeuvres ?


Tu as quelquefois trouvé Flaubert vulgaire par certains côtés dans sa correspondance. Mais lui du moins n’a rien de la vulgarité, car lui a compris que le but de la vie de l’écrivain est dans son œuvre, et que le reste n’existe «que pour l’emploi d’une illusion à décrire » . Balzac met tout à fait sur le même plan les triomphes de la vie et de la littérature. « Si  je ne suis pas grand par La Comédie humaine, écrit-il à sa sœur,  je le serai par cette réussite » (la réussite de son mariage avec M
me Hanska).

Mais vois-tu cette vulgarité même est peut-être la cause de la force de certaines de ses peintures. Au fond, même dans ceux d’entre nous chez qui c’est précisément l’élévation, de ne pas vouloir admettre les mobiles vulgaires, de les condamner, de les épurer, ils peuvent exister, transfigurés.


Repost 0
Published by bergeret - dans Enigmes résolues
commenter cet article
26 février 2010 5 26 /02 /février /2010 09:57


De quel roman est extrait ce texte?
Qui en est l'auteur?

Après l’inévitable bousculade de la sortie, il se dirigea vers sa demeure, sautant de fondrière en fondrière, faisant sauter les cailloux de la pointe aveugle de ses richelieux .  Après vingt minutes de cette laborieuse marche, il se trouva devant la porte grinçante. Le chat n’était pas là. La porte refermée, il monta les quatre marches du perron.

Le voilà dans la salle à manger. Tout semble bien en place. L’enfant aux yeux cernés ferme lentement une Apologie de Socrate dans laquelle il a caché une photo dont il préfère garder pour lui seul la contemplation. Il lève un front pur, mais lourd d’obscénités nombreuses. La femme apporte la choupe.

Elle lui trouve l’air drôle.

Tu as l’air drôle, Untel, lui dit-elle.

Il se trouve en effet drôle.

       Oui, Unetelle, je me sens drôle, fit-il.

L’enfant absorbe la choupe avec précipitation. Avec sa cuiller, il fait tac tac dans le fond de son assiette. L’être plat prend son courage à deux mains, ces deux mains-là qu’il sent au bout de ses bras ; il prend son courage, c’est-à-dire il le crée . Après un violent effort, il commence :

       Tu sais, aujourd’hui, je me suis attardé  devant le chapelier, celui qui se trouve à gauche en sortant du Comptoir. Il y a quelque chose de très curieux en montre. C’est un chapeau imperméable.

Repost 0
Published by bergeret - dans Enigmes résolues
commenter cet article
24 février 2010 3 24 /02 /février /2010 08:46



Le vaisseau seul est un spectacle : sensible au plus léger mouvement du gouvernail, hippogriffe ou coursier ailé, il obéit à la main du pilote, comme un cheval à la main d’un cavalier. L’élégance des mâts et des cordages, la légèreté des matelots qui voltigent sur les vergues, les différents aspects dans lesquels se présente le navire, soit qu’il vogue penché par un autan contraire, soit qu’il fuie droit devant un aquilon favorable, font de cette machine savante une des merveilles du génie de l’homme. Tantôt la lame et son écume brise et rejaillit contre la carène ; tantôt l’onde paisible se divise, sans résistance, devant la proue. Les pavillons, les flammes, les voiles achèvent la beauté de ce palais de Neptune : les plus basses voiles, déployées dans leur largeur, s’arrondissent comme de vastes cylindres ; les plus hautes, comprimées dans leur milieu, ressemblent aux mamelles d’une sirène. Animé d’un souffle impétueux, le navire, avec sa quille, comme avec le soc d’une charrue, laboure à grand bruit le champ des mers.

Repost 0
Published by bergeret - dans Enigmes résolues
commenter cet article
23 février 2010 2 23 /02 /février /2010 16:59

L’autre soir, étant rentré glacé par la neige, et ne pouvant me réchauffer, comme je m’étais mis à lire dans ma chambre sous la lampe, ma vieille cuisinière me proposa une tasse de thé, dont je ne prends jamais. Et le hasard fit qu’elle m’apporta quelques tranches de pain grillé.

Je fis tremper le pain grillé dans la tasse de thé, et au moment où je mis le pain grillé dans ma bouche et où j’eus la sensation de son amollissement pénétré d’un goût de thé contre mon palais, je ressentis un trouble, des odeurs de géranium, d’orangers, une sensation d’extraordinaire lumière, de bonheur ; je restai immobile, craignant par un seul mouvement d’arrêter ce qui se passait en moi et que je ne comprenais pas, et m’attachant toujours à ce bout de pain trempé qui semblait produire tant de merveilles, quand soudain les cloisons ébranlées de ma mémoire cédèrent, et ce furent les étés que je passais dans la maison de campagne que j’ai dite qui firent irruption dans ma conscience, avec leurs matins, entrainant avec eux le défilé, la charge incessante des heures bienheureuses.

Repost 0
Published by bergeret - dans Enigmes résolues
commenter cet article
22 février 2010 1 22 /02 /février /2010 12:45

Qui a écrit ce qui suit? Dans quelle oeuvre?

Si personnelles que nous tâchions de rendre nos paroles, nous nous conformons pourtant quand nous écrivons à certains usages anciens et collectifs, et l’idée de décrire l’aspect d’une chose qui nous fait éprouver une impression est peut-être quelque chose qui aurait pu ne pas exister, comme l’usage de cuire la viande ou de se vêtir, si le cours de la civilisation avait été autre. Il semble en tout cas que la description plus exacte des ombres que le balcon faisait sur la pierre ensoleillée peut bien rendre compte du plaisir que j’éprouvais alors. Car de toutes les végétations familières et domestiques qui grimpent aux fenêtres, s’attachent aux portes du mur et embellissent la fenêtre, si elle est plus impalpable et fugitive, il n’yen a pas de plus vivante, de plus réelle, correspondant plus pour nous à un changement effectif dans la nature, à une possibilité différente dans la journée, que cette caresse dorée du soleil, que ces délicats feuillages d’ombre sur nos fenêtres, flore instantanée et de toutes les saisons, qui, dans le plus triste jour d’hiver, quand la neige était tombée toute la matinée, venait quand nous étions petits nous annoncer qu’on allait pouvoir aller tout de même aux Champs-Elysées et que peut-être bien on verrait déboucher de l’avenue Marigny, sa toque de promenade sur son visage étincelant de fraîcheur et de  gaîté, se laissant déjà glisser sur la glace malgré les menaces de son  institutrice, la petite fille que nous pleurions, depuis le matin qu’il faisait mauvais, à la pensée de ne pas voir.

Repost 0
Published by bergeret - dans Enigmes résolues
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Bergeret
  • Le blog de Bergeret
  • : sans queue ni tête
  • Contact

Profil

  • bergeret
  • Mi-figue;mi-raisin
Procrastinateur confirmé
Fumiste
Bloguenaudouilleur
  • Mi-figue;mi-raisin Procrastinateur confirmé Fumiste Bloguenaudouilleur

Recherche