Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 mars 2017 3 08 /03 /mars /2017 12:47

Juste pour mémoire : on vient de me livrer 4 stères de bois en 30cm.

J’étais donc allé hier matin, sous une pluie battante, jeter quelques cartons, revues et bouteilles plastiques dans les conteneurs prévus à cet effet sous le lotissement du Château qui a mis fin comme on pouvait s’y attendre au magnifique isolement qui fut le nôtre dans les années 90 et je tombai sur deux copains qui commentaient le maintien apparemment définitif de la candidature Fillon

Jean-Jacques qui a toujours voté à droite était désolé.

--C’est la première fois que je ne sais pas pour qui voter ! J’ai vraiment cru qu’ils se mettraient d’accord sur Juppé ; c’était la seule voie possible ! On va se retrouver avec Le Pen ou Macron.

Quelle m… !

-- Macron à tous les coups, quand on voit les manœuvres du PS ! Pour une fois, je suis d’accord avec toi. Le Pen ou Macron ! Quelle m… !

--C’est déjà commencé, mais tu vas les voir, tous comme un seul homme derrière le galeux de la semaine dernière…

--Même l’UDI ?

--L’UDI comme les autres. Trop à perdre.

--Les électeurs dans tout ça ?

--Les inconditionnels oui ! Ceux qui étaient au Trocadéro en somme…

Ceux qui ont voté Juppé ou même Sarkozy, je ne sais pas. Je parierais que beaucoup s’abstiendront, certains voteront Macron peut-être…

--Je ne sais pas ce que je redoute le plus. Un deuxième tour Le Pen /Fillon ou Le Pen/Macron…

--Et toi, Lucien ?

Que leur dire ?

Que j’étais plus qu’inquiet pour l’avenir ?
Que la lecture qui est la mienne ces derniers temps de la correspondance de Stefan Zweig et de Romain Rolland dans les années 30 n’est pas pour me rassurer ?

Par chance, nous avons vu arriver un quatrième personnage : Coraline.

 

Ce fut un Sauve qui peut, personne ne se souciant d’entendre une conférence politique sous la pluie qui reprenait de plus belle.

 

Repost 0
7 mars 2017 2 07 /03 /mars /2017 10:00

C’est toujours la même chose.

On a un plan, un projet ; par exemple, ayant décidé de reprendre les choses au début, vous aviez décidé de raconter la première visite à ce qui allait devenir votre demeure et même, en anticipant un peu, votre dernière demeure, et voilà qu’un imprévu, un truc qui vous passe par la tête, un événement familial ou même l’actualité s’impose à vous et vous voilà parti sur quelque autre sujet…

C’est ce qui est en train de m’arriver parce que, ayant courageusement affronté les intempéries ce matin pour aller me débarrasser de quelques recyclables, j’ai rencontré deux autres braves, Walter et Jean-Jacques, plongés dans une discussion sur le dernier rebondissement de l’affaire qui a phagocyté la campagne présidentielle ces derniers temps…

Je me suis joins à eux et, évidemment, me voilà devenu incapable de vous parler d’autre chose que de nos échanges sur l’Affaire Fillon

…ce que je ferai probablement demain…

…si toutefois quelque nouveau sujet ne vient pas s’imposer inopportunément.

Repost 0
6 mars 2017 1 06 /03 /mars /2017 16:38

...sur le sujet qui m'importe au premier chef, on pourra lire ici.

Repost 0
4 mars 2017 6 04 /03 /mars /2017 16:05

Nous avions été à deux doigts de nous rater car ils repartaient à Lyon à la fin de la semaine pour la rentrée scolaire.

Ils étaient enseignants, elle, institutrice ou « professeur des écoles » comme on disait déjà en 1989 et lui, prof en Lycée Technique.

Ils venaient de passer leurs congés à vider et nettoyer la maison qui en avait grand besoin, habitée comme elle l’avait été les trois dernières années par deux vieux garçons, le père et l’oncle de Monsieur G.

Ils auraient souhaité rénover la maison pour s’y installer mais ils n’avaient pu obtenir leurs mutations dans la région et leur retraite—ils étaient à peine plus âgés que nous—était encore trop éloignée.

À peine étions-nous sortis de la voiture que nous en savions beaucoup sur nos futurs vendeurs.

 

Monsieur G. était, est encore comme nous pouvons le vérifier à chacune de nos rencontres, un infatigable bavard.

 

Elle parlait peu mais je ne crois pas qu’elle ait jamais sincèrement voulu venir s’installer ici et , tout au contraire, son désir d’être débarrassée le plus rapidement possible de la maison familiale de son mari nous fut si évident que nous conçûmes l’espoir de faire baisser le prix.

Hélas ! Nous sommes de bien piètres négociateurs ce qui n’était pas le cas de notre vendeur.

Le prix n’était pas exagéré si on considère l’attrait immédiat—on peut sans exagération parler de coup de foudre—que l’endroit exerça sur nous et il ne dépassait pas nos possibilités budgétaires.

Quand on nous fit remarquer, en souriant, que les voisins ne nous dérangeraient pas et que je répondis que c’était précisément cette solitude qui nous séduisait, nos hôtes se détendirent complètement. Ils devaient nous avouer plus tard, quand l’affaire fut définitivement conclue, que c’était selon eux cet isolement qui avait découragé les quelques visiteurs qui nous avaient précédés.

Repost 0
2 mars 2017 4 02 /03 /mars /2017 16:47

Les buis étaient bien là ainsi que le pigeonnier annoncé

Non! on ne voit pas les buis sur la photo.

Non! on ne voit pas les buis sur la photo.

et deux personnes étaient là qui nous attendaient...

Repost 0
1 mars 2017 3 01 /03 /mars /2017 11:05

C’était en 1989, début Septembre.

Par la suite je me rappellerais que la personne que j’avais eue au téléphone avait bien recommandé de prendre à gauche la direction Le Chateau puis la première à droite mais quand nous avons lu

                                                  SAINTE FELICIE

                                                          1 km

nous avons évidemment tourné à droite et nous sommes arrivés à la mairie qui était fermée.

Premier contact avec Sainte Félicie

Elle avait dit la première à droite…

La première à droite contournait la mairie puis, après quelques centaines de mètres, passait devant une église…

ce genre d'église

ce genre d'église

Nous avons poursuivi pour aboutir à un lac.

Fin de la route et toujours pas un chat en vue…

Il ne restait qu’à faire demi-tour…

 

Je ne saurais dire combien de temps nous avons erré…

Par bonheur, nous avions une heure d’avance à notre habitude.

Nous sommes retournés vers la mairie. Nous avons poursuivi jusqu’à une première ferme...

pas âme qui vive...

pas âme qui vive...

…puis une autre, tout aussi déserte, flanquée d’un grand hangar typique de la région…

Premier contact avec Sainte Félicie

..puis, après quelques centaines de mètres, il fallut encore rebrousser chemin faute de route goudronnée…

Aucune de ces fermes ne pouvait être « la nôtre » ; il manquait la grande haie de buis annoncée.

Nous sommes allés jusqu’au vieux moulin…

Premier contact avec Sainte Félicie

…et là, il y avait un type qui photographiait et qui nous a expliqué que En Calcat était sur la colline d’en face, qu’il fallait redescendre sur la route de Toulouse, poursuivre 200 mètres à l’Est, prendre la première à gauche, direction Le Château, puis la première à droite, ce que nous avons fait et qui nous a permis d’aboutir ici, même pas en retard…

pour ceux qui voudraient suivre notre périple

pour ceux qui voudraient suivre notre périple

Repost 0
26 février 2017 7 26 /02 /février /2017 17:49

...ce soir

Juliette en pleine forme

Repost 0
24 février 2017 5 24 /02 /février /2017 11:03

Une brouette se promène dans ma tête...

une brouette un peu comme celle-là

une brouette un peu comme celle-là

"Ciel! Bergeret est devenu fou!" s'exclame Violette perplexe.

Mais non!

Je vous explique.

J'ai rangé cette semaine les quelques stères de bois de chauffage qui nous ont été livrés pour l'hiver prochain.

J'ai terminé le travail hier soir et, ce matin, sans brouette à pousser, sans brouette à tirer, je me sens vide...

...et ma brouette se promène dans ma tête...

À part ça?

Ce week-end, nous allons voir Juliette...

Repost 0
17 février 2017 5 17 /02 /février /2017 10:20

Je ne sais s’il est préférable de dire « crémation » ou « incinération »…

Pour ma part, j’ai l’intention de me faire incinérer. Qui se ferait crémer, grands dieux ?

 

Évidemment crematorium c’est mieux qu’incinérateur et masque un peu le crématoire de sinistre mémoire…

Passons ! J’ai titré crémation par entrainement. Je le garde.

La mort et l’incinération de Jean-Paul nous ont tant occupés ces derniers jours que l’événement « incontournable » qui agite ces temps-ci les cabinets littéraires du WEB aurait bien pu m’échapper si Capucine n’avait été là.

Capucine c’est notre « proustienne » qui a lu et relu « La Recherche »--elle ne dit jamais La recherche du Temps Perdu—et qui nous bassine avec Proust à tout propos et souvent hors de propos.

Marrant ! N’est-il pas surprenant de voir les proustiens, gens qui devraient professer que seule l’œuvre compte et que la vie de l’auteur est indifférente, s’enflammer pour un bout de film où on aperçoit un jeune homme, peut-être Marcel Proust, descendant un escalier…

Sur ce sujet vous pourrez lire cet article de Claro avec, je l’espère, autant d’amusement que moi.

Repost 0
16 février 2017 4 16 /02 /février /2017 10:42

Nous partons à Albi

Dernière minute
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Bergeret
  • Le blog de Bergeret
  • : sans queue ni tête
  • Contact

Profil

  • bergeret
  • Mi-figue;mi-raisin
Procrastinateur confirmé
Fumiste
Bloguenaudouilleur
  • Mi-figue;mi-raisin Procrastinateur confirmé Fumiste Bloguenaudouilleur

Recherche