Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 décembre 2014 1 22 /12 /décembre /2014 11:40

L’article en cours sur la RDL nous parle de Leopardi, auteur italien dont j’ai entendu parler mais dont je ne connais rien.

Niente.

 

Partant d’un lien proposé par Assouline, je découvre ceci que je vous livre tout cru--entendez que j’en fais un copié-collé sans même l’avoir lu-- :

 

LA GUERRA DEI TOPI E DELLE RANE

CANTO PRIMO

 

Grande impresa disegno, arduo lavoro:

O Muse, voi dall'Eliconie cime

A me scendete, il vostro aiuto imploro:

Datemi vago stil, carme sublime:

Antica lite io canto, opre lontane,

La Battaglia dei topi e delle rane.

   Sulle ginocchia ho le mie carte, or fate

Che nota a ogni mortal sia l'opra mia,

Che alla piú lenta, alla piú tarda etate

Salva pur giunga, e che di quanto fia

Che sulle carte a voi sacrate io scriva,

La fama sempre e la memoria viva.

   I nati già dal suol vasti giganti,

Di que' topi imitò la razza audace,

Da nobil fuoco accesi, ira spiranti

Vennero al campo, e se non è mendace

Il grido che tuttor va per la terra,

Questa l'origin fu di quella guerra.

   Un topo un dí, fra' topi il piú ben fatto,

Venne d'un lago alla fangosa sponda:

Scampato egli era allor da un tristo gatto,

E calmava il timor colla fresc'onda:

Mentre beveva, un garrulo ranocchio

Dalla palude a lui rivolse l'occhio.

 Se gli fece dappresso, e a dirgli prese:

A che venisti? donde qua? straniero,

Di qual nazione sei, di qual paese?

Qual è l'origin tua? narrami il vero;

Che se dabben ritroverotti e umano,

Valicar ti farò questo pantano.

   Io guida ti sarò, meco verrai

Alle mie terre ed al palazzo mio;

Quivi ospitali e ricchi doni avrai,

Che Gonfiagote, il gran Signor son io;

Ho sullo stagno autorità sovrana,

E mi rispetta e venera ogni rana.

   La Donna già mi partorí dell'acque,

Che, per amor, dell'Eridano in riva

Con Fango il mio gran padre un dí si giacque:

Ma bel corpo hai tu pur, faccia giuliva,

Sembri possente Re, prode guerriero;

Su via dimmi chi sei, parla sincero.

   Rispose il topo: Amico, e che mai brami?

Non v'ha Dio che m'ignori, augello, o uomo,

E pur tu vuoi saper come mi chiami?

Or bene, Rubabriciole io mi nomo;

Il mio buon padre Rodipan si appella,

Topo di raro cor, d'anima bella.

   Mia madre è Leccamacine, la figlia

Del rinomato Re Mangiaprosciutti.

Con gioia universal della famiglia

Mi partorí dentro una buca, e tutti

I piú squisiti cibi, e noci, e fichi

Furo il mio pasto in que' bei giorni antichi.

   Ma come vuoi che amico tuo diventi,

Se di noi sí diversa è la natura?

Tu di vagar per l'acqua ti contenti;

D'ogni vivanda io fo mia nutritura,

Di quanto mangia l'uom gustare ho in uso,

Luogo non avvi, ove non ficchi il muso.

   Rodo il piú bianco pane e il piú ben cotto,

Che dal suo cesto la mia fame invita,

Buoni bocconi di focaccia inghiotto

Di granelli di sesamo condita,

E fette di prosciutto e fegatelli

Con bianca veste ingrassanmi i budelli.

   Appena fu compresso il dolce latte,

Assaggio il cacio fabbricato appena;

Frugo cucine e visito pignatte,

E quanto all'uomo apprestasi per cena.

È mio qualunque cibo inzuccherato,

Che Giove stesso invidia al mio palato.

   Non temo delle pugne il fiero aspetto,

Ma mi fo innanzi, e al ferro mi presento.

Spesso dell'uomo insinuomi nel letto:

Benché sí grande, ei non mi dà spavento.

Del piè rodergli un dito ho fin l'ardire,

Ed ei nol sente, e seguita a dormire.

   Due cose io temo, lo sparvier maligno,

E il gatto, ch'è per noi sempre in agguato.

Misero è ben chi cade in quell'ordigno,

Che trappola si chiama; egli è spacciato:

Ma il gatto piú che mai mi fa paura,

Da cui buca non v'ha che sia sicura.

   Non mangio ravanelli, o zucche, o biete;

Questi cibi non son per il mio dente:

E pur nell'acqua voi null'altro avete:

Ben volentieri ve ne fo presente.

Rise la rana, e disse: Hai molta boria,

Ma dal ventre ti vien tutta la gloria.

   Hanno i ranocchi ancor leggiadre cose

E negli stagni loro e fuor dell'onde.

Ciascun di noi sopra le sponde erbose

Scherza a sua posta, o nel pantan s'asconde,

Ch'alle ranocchie mie dal ciel fu dato

Viver nell'acqua e saltellar nel prato.

   Se vuoi vedere or quanto il nuoto piaccia,

Montami sulla schiena, abbi giudizio,

Sta saldo, e al collo gettami le braccia,

Onde a cader non abbi a precipizio;

Cosí senz'alcun rischio a casa mia

Meco verrai per quest'ignota via.

   Sí disse, e tosto gli omeri gli porse;

Saltovvi il topo, e colle mani il collo

Del ranocchio abbracciò, che via sen corse,

E sulle spalle seco trasportollo.

Ridea dapprima il sorcio malaccorto,

Che si vedeva ancor vicino al porto.

   Ma poi che in mezzo del pantan trovossi,

E che la riva omai vide lontana,

Conobbe il rischio, si pentí, turbossi.

Forte co' piè stringevasi alla rana,

Col pianto si dolea, svelleva i crini,

Il suo fallo accusava ed i destini.

   Pregava i Numi, e in suo soccorso il cielo

Chiamava, e già credevasi all'estremo,

Tremava tutto, ed avea molle il pelo;

Stese la coda in acqua, e come un remo

Dietro se la traea, girando l'occhio

Ora alla riva opposta, ora al ranocchio.

   Pallido disse alfin: Che reo cammino,

Che strada è questa mai! quando alla meta,

Deh quando arriverem! quel bue divino

No cosí non condusse Europa in Creta,

Portandola per mar sopra la schiena,

Come ora a casa sua questi mi mena.

   Dicea: quand'ecco fuor della sua tana

Con alto collo un serpe uscir sull'onda.

Il topo inorridí, gelò la rana;

Ma questa giú nell'acque si profonda,

Fugge il periglio, e il topo sventurato

Vittima lascia al suo funesto fato.

   Cade sull'acqua, e vòlto sottosopra

Il miserel teneramente stride,

Col corpo e colle zampe invan s'adopra

Per sostenersi a galla; or poi che vide

Ch'era già molle, e che il suo proprio pondo

Del lago già lo strascinava al fondo:

   Co' calci la fatale onda spingendo,

Disse con fioca voce: alfin sei pago,

Barbaro Gonfiagote, intendo, intendo

I tradimenti tuoi; su questo lago

Mi traesti per vincermi sui flutti,

Che vano era affrontarmi a piedi asciutti.

   Tu mi cedevi in lotta e al corso, e m'hai

Qua condotto a morir per nera invidia,

Ma dagli Dei giusta mercede avrai,

I topi puniran la tua perfidia;

Veggo le schiere, veggo l'armi e l'ira,

Vendicato sarò. Sí dice, e spira.

 

 

Il y a un deuxième chant.

On verra plus tard.

Pour l’instant, j’ai celui-ci à comprendre et à traduire.

 

À chaque jour suffit sa peine, disait ma grand-mère.

 

Repost 0
20 décembre 2014 6 20 /12 /décembre /2014 14:19

RIP

Sidonie

Le 12 Décembre 2014 nous avons fait euthanasier Sidonie sans attendre le dernier résultat d'analyse; l'espoir était à peu près nul.

J'ai tenu sa patte jusqu'au dernier battement de coeur.

Elle avait eu 20 ans en septembre

 

Mercredi, la vétérinaire m'a téléphoné le résultat définitif : c'était bien un cancer.

 

Repost 0
18 décembre 2014 4 18 /12 /décembre /2014 09:29

Une dame qui me «hait*» parce que je ne l’apprécie pas à ce qui lui parait être sa juste valeur se plait à ironiser sur ma rubrique « Voilà pourquoi je n’écrirai jamais », incapable d’imaginer un esprit suffisamment lucide pour reconnaitre ses insuffisances.

 

Pour résumer sa pensée, comme le renard de la fable,  j’affecterais de dédaigner ce qui serait hors de ma compétence.

On pourra lire en annexe de cet article deux exemples de ses propos chez Assouline.

 

Et pourtant, Madame, il est vrai que j’ai depuis longtemps renoncé à écrire--ici « écrire » signifie pour moi  « être publié » ; je ne parle évidemment pas des petites notes plus ou moins sérieuses, plus ou moins farfelues, que je laisse parfois par ici.

J’ai pour cela la plus sérieuse des raisons : je ne suis pas un écrivain, c’est évident pour moi depuis très longtemps.

 

Quand vous me comparez à ce « renard gascon, d’autres disent normand »--précisons au passage que, si j’étais ce renard, je serais sans nul doute le gascon--, vous avez raison sur un point : ces « raisins », je les ai désirés et même fortement désirés, comme tous ceux qui lisent beaucoup, je suppose ; j’ai écrit des textes, je continue d’ailleurs, je les ai laissé reposer quelques temps, je les ai relus des mois après et là, presque dans la peau de celui qui découvre un texte, je les ai jugés…

Le verdict fut toujours défavorable.

Donc, comme ce brave gascon de renard, j’ai constaté que la treille était inaccessible, mais, contrairement à lui, je ne déclare pas trop verts les raisins,  je les reconnais hors de ma portée tout simplement, ce qui détruit la pertinence de votre comparaison.

 

 

* J’ai utilisé le verbe haïrqui n’est pas pour moi d’un usage ordinaire parce qu’elle-même en use abondamment

 

ANNEXE

 

Voici ce qu’elle écrivait chez Assouline, totalement hors sujet, à son habitude—un troll dites-vous ? Mais non… !--, le 29 Octobre 2014 :

« Waouh ! Eric Chevillard se déchaîne ce matin sur les écrivains qui bâclent – qui s’autoproclament « bâcleurs » pour suggérer de quoi ils seraient capables « s’ils ne bâclaient pas », alors qu’évidemment, comme le dit Chevillard, ils sont en réalité « au taquet »… Avec les noms des susdits, s’il vous plaît : bravo !

Ca me rappelle l’infect Bergeret qui, pompeusement, sur son blog de petit troll à sa mémère, pond un sujet « pourquoi je n’écrirai pas », histoire de sous-entendre qu’il en serait capable – sauf qu’un détraqué comme ce cerveau-là ne sera jamais capable de l’honnêteté requise, et de la curiosité nécessaire pour mener à bien ne serait-ce qu’une tentative littéraire… Et s’il se retranche derrière la confortable position  » des raisins trop verts », c’est qu’en réalité, sa pratique de troll pervers vient de l’envie de détruire ceux qui sont capables d’avoir ce courage-là ! »

 

 

Plus tard, le 7 Novembre 2014, toujours chez Assouline, à propos d’une critique contre le dernier Goncourt de Juan Asencio, alias Stalker, elle disait :

« La puérilité des Stalker (car ils sont en fait nombreux, par exemple l’infect troll Bergeret fait partie de cette catégorie ) m’amusera toujours. Croient-ils vraiment qu’on ne les voit pas venir ? La démonstration (et plus le langage est abscons, touffu et imprécis, plus ils croient manipuler des concepts élaborés, ces cuistres) tient en trois phrases, dignes des sophistes les plus bas de gamme :

- la littérature ne vaut plus rien, et surtout pas la littérature française contemporaine, parce que JE l’estime ainsi, voilà voilà…

- ça eut payé, (ici, quelques noms glorieux, prestigieux, de la catégorie « pas simples d’accès » dont interdits au vulgum pecus, et surtout, avant tout, défunts !) , mais ça paye plus…

- là, chuchoté si doucement que le meilleur serait que le lecteur en conclue de lui-même : « quand donc s’apercevra-t-on que seuls nous, les Stalker, pourrions relever le niveau ? » (version Bergeret : quand donc me suppliera-t-on à genoux d’écrire, « moi qui pourrait mais ne le veut pas », -wouarf, elle me fait toujours rire celle-là !) »

 

 

Repost 0
12 décembre 2014 5 12 /12 /décembre /2014 08:34

Parrain 48

Roger 55

Dédé 86

Et le martin-pêcheur de la Rigole

 

Titi, Toto

Lili, Jojo

La Mumu et le gros René

En riant…

Cloclo le Lion

Oscar le petit canard

Et le martin-pêcheur de la Rigole

 

L’abbé C

Monsieur M.

Pauline

Denise

Mademoiselle Do

Et le martin-pêcheur de la Rigole

 

Pirate dans les Caraïbes

Robin des Bois

Cyrano

Monte-Cristo

Le baron de Sigognac

Et le martin-pêcheur de la Rigole

 

Pierrette

Jaquy P

Céleste P que j’associe, va savoir pourquoi, à Alain E.

Christiane L

Marie-Rose C

Annie C (l’autre)

Michelle

Et le martin-pêcheur de la Rigole

 

Michel

Armand

Jean-Louis

(divers sans importance)

Henri

Michel 2

Et le martin-pêcheur de la Rigole

 

 

 

 

Repost 0
Published by bergeret - dans Souvenirs Bestiaire
commenter cet article
10 décembre 2014 3 10 /12 /décembre /2014 08:52

L’Auteur vous parle.

 

Après avoir murement réfléchi, après avoir consulté Zoé—Zoé, la parcelle de Sagesse qui m’a été dévolue—qui m’a sagement conseillée, après avoir consulté Charlotte qui m’a ri au nez, après avoir consulté Lucien qui m’a répondu que j’étais la seule à avoir toutes les cartes, après avoir consulté Dinosaure et Rose Candide qui m’ont affirmé qu’ils étaient surs que j’agirais au mieux, après avoir consulté tous les autres qui m’ont laissé entendre que je m’étais bien débrouillée jusque-là sans eux et que ce n’était finalement pas vraiment leur affaire, après avoir consulté ma mère qui m’assure que je suis maintenant une grande fille et que ma décision ne saurait être que la bonne, je décide de couper la poire en deux.

 

Il s’agissait de savoir si je raconterais ma rencontre avec Pierrot en détaillant toutes les étapes qui furent assez nombreuses ou si je me limiterais à un résumé, c’est-à-dire à la simple liste de ces étapes.

 

La prochaine livraison qui se trouvera être la trentième vous livrera cette liste.

Lucien remontera donc sur scène pour conter cela à un public que nous travaillons en ce moment même à faire revenir.

Ainsi pourrons-nous terminer le troisième chapitre de la version « regroupée ».

 

Pour les épisodes XXXI à XL, nous pourrons envisager d’entrer dans les détails. Nous verrons alors sous quelle forme.

 

À chaque jour suffit sa peine, comme aimait à dire ma grand-mère.

 

Et ces jours-ci, ma peine c’est la dernière de nos chats qui entame ce qui semble devoir être sa dernière semaine de vie ; nous attendons, sans grand espoir, des résultats d’analyse.

Il est vrai qu’elle a eu 20 ans en Septembre ce qui, à l’échelle humaine, en fait une brave centenaire.

 

L’Auteur a parlé

 

Repost 0
Published by bergeret - dans Mon ami Pierrot
commenter cet article
2 décembre 2014 2 02 /12 /décembre /2014 10:12

Où en étions-nous ?

L’Auteur, plus précisément la comédienne interprétant son rôle, affalée sur le bar, dormait du pesant sommeil de l’ivrogne.

L’acteur chargé de personnifier le pseudo Lucien Bergeret tentait de sauver la situation en catastrophe.

La salle se vidait.

 

La salle est vide.

Lucien, désemparé, se tourne vers les coulisses «Qu’est-ce qui leur prend? Ce n’est pas ce qui était prévu! Tu as encore oublié de les payer!»

 

« Pas grave ! Continue ! Ils vont revenir »

 

La suite fera l’objet de la vingt-neuvième livraison quand l’Auteur aura enfin choisi la forme de son historique de sa rencontre avec Pierrot : récit détaillé ou rapide résumé.

À moins qu’elle n’ait eu quelqu’autre idée entre-temps.

 

Cordialement.

 

 

Repost 0
Published by bergeret - dans Mon ami Pierrot
commenter cet article
30 novembre 2014 7 30 /11 /novembre /2014 07:38

Ce matin, j’ouvre L’île des morts de P.D. James au hasard et je tombe sur ceci :

« Sous peine de mort, que personne ne me parle de mort. C’est là un mot infiniment terrible. »

 

Citation ? De qui ?

Le personnage qui découvre ces lignes suppose qu’il s’agit d’une citation mais en ignore l’auteur.

Repost 0
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 19:15

Elle est morte.

Je viens de lire la nouvelle chez Assouline.

Repost 0
27 novembre 2014 4 27 /11 /novembre /2014 13:14

J’ai hésité pour le classement de cet article entre les rubriques Confidences et Dadas ; j’ai opté pour les dadas ; ce serait évidemment dans la sous-rubrique Mémoire s’il était possible d’ouvrir des sous-rubriques. Il faudra décidément, si je ne veux pas allonger exagérément ma liste de rubriques, modifier la liste actuelle.

 

Foin de bavardages et écrivons-le cet article qui sera donc classé dans Les dadas de Lulu.

 

 

 

Hier soir, j’ai vu à la télé le film La loi sur la loi Veil, plus précisément sur le vote à l’Assemblée de la loi qui a légalisé ce que jusque-là on appelait avortement et qui est devenu Interruption Volontaire de Grossesse.

 

Je n’écris pas une critique cinématographique : je n‘en ai pas la compétence ; au mieux pourrais-je dire que la comédienne incarnant Simone Veil était convaincante, que je n’en dirais pas autant de ceux qui jouaient Lecanuet, Michel Debré ou surtout Chirac, mais qu’importe? Ce qui m’intéresse ici, c’est encore une fois la Mémoire, le retour quarante ans en arrière, c’est le rappel de noms qui avaient accompagné ma jeunesse et que j’avais presque oubliés Edgar Faure, Deferre, Lecanuet, Poniatowski, …, Claudius-Petit--complètement oublié celui-là, je me rappelle avoir longtemps cru, comme beaucoup sans doute, que Claudius était son prénom--, …

Ce qui m’intéresse avant tout c’est que j’avais presque oublié—pas oublié certes, mais le souvenir en était endormi--ces événements que j’ai vécu d’assez près et avec tant d’intensité—souviens-toi des altercations avec les adversaires de la légalisation—, que j’étais presqu’aussi surprise que mes petits-enfants que cela soit arrivé il y a seulement quarante ans, pas au Moyen-Age…

 

Quand la loi Veil a été adoptée, j’avais trente et un ans; douze ans plus tôt, j’avais connu le drame de la grossesse non désirée; j’avais eu la chance de pouvoir « me payer le voyage » dans un pays voisin.

 

Tiens ! J’oubliais ! Bernard Menez en Claudius-Petit ! Pourquoi pas ?

 

 

 

 

Repost 0
26 novembre 2014 3 26 /11 /novembre /2014 15:14

Juliette a eu un problème, probablement une crise d'angine de poitrine.

Elle a passé la nuit dernière aux Urgences de B. On l'a renvoyée chez elle; "on n'a rien vu".

Mon compagnon est parti; il passera la nuit chez elle.

Il me semble de plus en plus impossible de la laisser seule. Je serais prête à l'accueillir chez nous mais je sais qu'elle ne voudra pas.

 

À suivre

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Bergeret
  • Le blog de Bergeret
  • : sans queue ni tête
  • Contact

Profil

  • bergeret
  • Mi-figue;mi-raisin
Procrastinateur confirmé
Fumiste
Bloguenaudouilleur
  • Mi-figue;mi-raisin Procrastinateur confirmé Fumiste Bloguenaudouilleur

Recherche