Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 juillet 2017 3 12 /07 /juillet /2017 15:03
La moustache d'Hercule

J’ai lu récemment qu’Agatha Christie se déclara satisfaite de l’adaptation par Lumet du Crime de l’Orient-Express, à l’exception toutefois de la moustache de Poirot.

La moustache seulement ?

Pas mal, insuffisamment gomminé peut-être?

Pas mal, insuffisamment gomminé peut-être?

Finney, bien que plus proche que Peter Ustinov du personnage que j’avais imaginé, ne me satisfaisait pas non plus.

Ustinov ne ressemble absolument pas à Poirot, n'est-ce pas?

Ustinov ne ressemble absolument pas à Poirot, n'est-ce pas?

Lesquelles conviendraient? Les françaises, non?

Lesquelles conviendraient? Les françaises, non?

Pour ma part, je verrais plutôt celles-ci

Pour ma part, je verrais plutôt celles-ci

Suchet! Le plus convaincant!

Suchet! Le plus convaincant!

Kenneth Branagh? Vous voulez rire? Teinte en noir profond, la moustache pourrait convenir...

Kenneth Branagh? Vous voulez rire? Teinte en noir profond, la moustache pourrait convenir...

De la remarque d’Agatha Christie regrettant la banalité des moustaches d’Hercule/Finney, une association d’idées assez naturelle me conduit aux Mémoires de Maigret, à ce passage où Simenon fait dire à son personnage :

C’est une drôle de sensation de voir sur l’écran, allant, venant, parlant, se mouchant, un monsieur qui prétend être vous, qui emprunte certains de vos tics, prononce des phrases que vous avez prononcées, dans des circonstances que vous avez connues, que vous avez vécues, dans des cadres qui, parfois, ont été minutieusement reconstitués.
Encore, avec le premier Maigret de l’écran, Pierre Renoir, la vraisemblance était-elle à peu près respectée. Je devenais un peu plus grand, plus svelte. Le visage, bien entendu, était différent, mais certaines attitudes étaient si frappantes que je soupçonne l’acteur de m’avoir observé à mon insu.
Quelques mois plus tard, je rapetissais de vingt centimètres et, ce que je perdais en hauteur, je le gagnais en embonpoint, je devenais, sous les traits d’Abel Tarride, obèse et bonasse, si mou que j’avais l’air d’un animal en baudruche qui va s’envoler au plafond. Je ne parle pas des clins d’œil entendus par lesquels je soulignais mes propres trouvailles et mes finesses !
Je ne suis pas resté jusqu’au bout du film et mes tribulations n’étaient pas finies.
Harry Baur était certainement un grand acteur, mais il avait vingt bonnes années de plus que moi à cette époque, un facies à la fois mou et tragique.
Passons !
Après avoir vieilli de vingt ans, je rajeunissais de presque autant, beaucoup plus tard, avec un certain Préjean, à qui je n’ai aucun reproche à faire—pas plus qu’aux autres—mais qui ressemble beaucoup plus à certains jeunes inspecteurs d’aujourd’hui qu’à ceux de ma génération.
Tout récemment enfin, on m’a grossi à nouveau, grossi à m’en faire éclater, en même temps que je me mettais, sous les traits de Charles Laughton, à parler la langue anglaise comme ma langue maternelle.

D’associations d’idées en associations d’idées, je voulais parler, via Ustinov, de Quo Vadis, plus exactement d’un souvenir d’enfance, mais cela relève plutôt des histoires de Charlotte…

Je voulais parler des adaptations au cinéma des Trois Mousquetaires

 

Plus tard, peut-être ?

Repost 0
8 juillet 2017 6 08 /07 /juillet /2017 16:12

Instruits par notre dernière expérience du Festival d’Avignon, nous avons cette année réservé dès février une chambre intra muros dans la Cité des Papes du 11 au 17 Juillet.

À l’ouverture des réservations, début Juin, nous avons obtenu des places pour tous les spectacles qui nous intéressaient

Ça baignait !

Zut ! Abcès dentaire ! Récidive de surcroit.

Antibiotiques !

Trois jours complètement « à la masse » : Dormir. Boire. Dormir. Juste assez de « solide », purée de pomme, yaourts, purée de marron, purée de patate douce avec un peu de jambon blanc pour permettre la prise de médicament…

Ce soir, je vais mieux. Je suis capable de rester plus d’une heure sans me recoucher…

Je vais mieux, mais pas au point de prendre la route mardi !

 

Zut !

Repost 0
29 juin 2017 4 29 /06 /juin /2017 09:39

J’achevais tout juste mon petit déjeuner quand on a sonné à ma porte. Walter, évidemment. Qui d’autre, à une heure pareille ?

«Il faut être fou, c’est évident, pour entreprendre une carrière politique… et persévérer de surcroit ! »

Il n’y a vraiment que Walter pour vous asséner aux petites heures le fruit de ses dernières cogitations….

…et le voici, citant Erasme :

Si (les Rois et les Princes) avaient le moindre bon sens quelle vie serait plus triste que la leur et plus à fuir ?

…et le voilà reparti sonner à quelqu’autre porte….

Je suppose qu’il pensait à Valls dont il me parlait hier encore…

 

…ou bien  aux accents guerriers qui m’ont fait froid dans le dos en écoutant les infos ce matin ?

Montrer ces muscles! Farce ou tragédie?

Repost 0
28 juin 2017 3 28 /06 /juin /2017 16:01

...un nouveau conseil d'Oncle Lucien et, évidemment,...

Ni dieu, ni maitre! À bas la calotte! Vive la Sociale!

Repost 0
24 juin 2017 6 24 /06 /juin /2017 06:18
Repost 0
22 juin 2017 4 22 /06 /juin /2017 06:11

Indécis évidemment

Irrésolu (ça va de soi)

Hésitant toujours

Velléitaire mais pas mou, nonchalant certes

Versatile mais pas inconsistant, volage un peu, je ne dirais pas lunatique mais fantasque, instable aussi hélas...

Un peu d'introspection de temps en temps ne saurait faire de mal....

...à condition, toutefois, de ne pas en abuser...

Repost 0
20 juin 2017 2 20 /06 /juin /2017 14:50

...je n'hésite pas à faire mon miel--usons de cette expression, une fois n'est pas coutume--de cette citation de Mounir Mahjoubi

Il faudra trouver un moyen de scénariser une pluralité de tendances entre nous pour qu’il y ait un semblant de débat, . Il ne faudrait pas que le seul débouché pour les idées soit la rue.

"Scénariser" est joli et dit bien ce qu'il veut dire...

Est-il besoin de commentaire?

Repost 0
17 juin 2017 6 17 /06 /juin /2017 08:28

...liste pour mémoire, évidemment non exhaustive, d'expressions entendues de plus en plus souvent, dans la rue, à la radio, à la télé, à la maison aussi parfois...

faire son miel (métaphore très utilisée dans le milieu littéraire)

se nourrir de (plus fréquent chez les sportifs)

grandir (quand on a passé l'âge de croitre en taille, signifie en gros acquérir de l'expérience; par exemple, côtoyer telle star du sport international après vous avoir nourri vous fera grandir à coup sûr...)

 

 

le mental (celui des sportifs doit être l'objet de tous leurs soins, à l'égal des pieds du fantassin)

rassurer les marchés (qui devraient, me semble-t-il, suivre l'exemple des sportifs et soigner leur mental aussi fragile et délicat que celui du joueur de tennis qui se met à cogiter)

cogiter : grossière erreur pour un sportif (pour un marché, je ne sais pas...)

(peut-être à suivre)

Repost 0
14 juin 2017 3 14 /06 /juin /2017 17:11

...conseil d'Oncle Lucien : il s'agit aujourd'hui de Romain Rolland...

Comme je vous l'expliquais l'autre jour, c'est avant tout pour me permettre de retrouver à tout moment un article qui m'intéresse.

Si, en plus, cela peut vous intéresser, c'est "gagnant-gagnant" comme dit tout le monde aujourd'hui.

Repost 0
13 juin 2017 2 13 /06 /juin /2017 16:51

...un conseil de lecture qui ne vous fera aucun mal...

À part ça?

Ni Dieu, ni maitre!  À bas la calotte! Vive la sociale!

NB La sociale : rien à voir avec le PS...

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Bergeret
  • Le blog de Bergeret
  • : sans queue ni tête
  • Contact

Profil

  • bergeret
  • Mi-figue;mi-raisin
Procrastinateur confirmé
Fumiste
Bloguenaudouilleur
  • Mi-figue;mi-raisin Procrastinateur confirmé Fumiste Bloguenaudouilleur

Recherche