Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2015 1 23 /02 /février /2015 08:55

Apéro chez Coraline (suite et fin)

Après ce que je n’hésiterai pas à appeler "l’appel à la manif par le président de la République lui-même", nous étions tous un peu secoués. Certes, nous nous étions plus ou moins attendus à une récupération politicienne—notez bien que je ne dis pas politique—de l’émotion suscitée par l’actualité, mais ça !…

Une tournée de Ti’Punch s’imposait.

Après le Ti’Punch, nous avons reparlé de l’intervention présidentielle, mais, un peu par le jeu normal de la mémoire, beaucoup par l’alcool, tout devenait un peu flou, nous n’étions pas sûrs--« mais non, voyons ! Il ne peut pas avoir dit ça ! »--.

Heureusement, Coraline avait pensé à enregistrer. Nous avons donc pu vérifier….

Il l’avait bien dit.

Pour nous remettre, Jean-Claude a proposé une autre tournée de Ti’Punch, proposition acceptée à l’unanimité et avec enthousiasme—celui, inhabituel, de Charlotte m’inquiétait un tout petit peu mais bon ! –

Je me sentais bien ! Ces gens étaient sympas somme toute !

Coraline a sorti d’on-ne-sait-où un assortiment de petits fours magnifiques. « Pas de bon repas sans dessert ! » a-t-elle dit

Nous avons bu, nous avons savouré les petits fours de Coraline et, les dernières défenses tombées, nous avons cessé de « tourner autour du pot » pour enfin parler de ce qui nous réunissait ce soir-là.

Je me suis lancé : « Vois-tu Coraline, nous savons que « Tu es Charlie » ; tu l’as proclamé haut et fort. Charlotte t’a déjà plus ou moins exposé nos réticences; je confirme que nous ne sommes pas Charlie »

Je ne suis pas absolument sûr d’avoir été aussi clair et concis—sacré rhum de la Martinique !--, mais je ne crois pas trahir le fond de mon discours.

Je revois clairement l’air inquiet de Jean-Claude qui n’avait pas encore tout à fait « perdu les pédales ».

Eh bien ! Coraline qui aurait dû « partir au quart de tour » n’a pas réagi—bienheureux rhum de la Martinique! ».

J’ai donc continué … Je crois que je parlais surtout pour moi-même…

J’ai parlé de ma découverte de Hara-Kiri dans les années 60. Je leur ai confié que je confonds peut-être les premiers numéros de Hara-Kiri et l’Os à moelle de Pierre Dac, je ne sais plus très bien… Charlotte m’a rappelé que l’Os à moelle a reparu l’année de notre mariage et Hara-Kiri quand nous étions en prépa mais que ma confusion s’expliquait peut-être par le fait que dans les deux cas nous étions à la terrasse du café Albert, notre quartier général de l’époque… Charlotte a probablement raison…

J’ai dit que nous avions depuis longtemps oublié l’existence de ces publications quand le « Bal Tragique à Colombey » en Novembre 70 avait amené Hara-Kiri au premier rang de l’actualité et que nous avions fait partie des acheteurs réguliers dès le premier numéro de Charlie-Hebdo et cela jusqu’en… je dirais, à vue de nez, 1978.

« J’ai eu l’occasion beaucoup plus tard, en 2002 je pense, de lire un numéro récent de Charlie, en particuliers l’éditorial d’un certain Val dont je n’avais jamais rien lu, dont je n’avais même jamais entendu parler et je n’ai pas aimé, mais alors pas du tout, ce que j’ai lu : c’était, en bref, la thèse antisionisme=antisémitisme que je m’étais déjà plusieurs fois fait envoyer dans la figure par des collègues de travail anti-palestiniens. Par ailleurs, ce que j’ai pu voir des caricatures reprochées à cette publication ne me fait pas rire et me parait effectivement de nature à blesser une partie de la population française et plutôt qu’une revendication du droit de tout dire je ne puis m’empêcher d’y voir une manifestation du racisme ordinaire. Tout cela ne fait pas de moi un farouche défenseur de la ligne éditoriale de Charlie comme vous le comprenez sans doute. Je ne peux pas me reconnaitre dans ton slogan. Non !

JE NE SUIS PAS CHARLIE!

Être ou ne pas être Charlie, est-ce bien la question d’ailleurs? Tiens ! C’est le titre d’un article que j’ai lu cet après-midi sur le site de l’UJFP. Vous connaissez l’UJFP ? Je vous recommande leur site!

Non ! La question—tu vas dire que je me répète-- c’est… CONTRE QUOI mais surtout AVEC QUI.

Tiens ! À propos de « avec qui », je lisais tout à l’heure un blog associé à Médiapart : une française musulmane qui se considère sommée par un collègue--non musulman évidemment—de se déclarer, de choisir son camp en quelque sorte…

Non! La bonne question ce serait POURQUOI en est-on arrivé là ? Tu conviendras que sur cette question, si elle est posée, nous entendrons les réponses les plus diverses et, parmi elles, de fort déplaisantes, mais je crains que nous n’entendions que très peu ou très bas que nous sommes en train de payer des années de colonialisme, de soutien presque ininterrompu à l’état d’Israël, de discrimination—c’est le moins que je puisse dire—d’une partie de la population française... »

Ai-je vraiment prononcé tout cela ? Ai-je rêvé que je parlais et que Coraline buvait mes paroles ? Je ne sais si ma vue brouillait un peu les lignes, si c’était la lumière douce ou l’effet de l’alcool qui illuminait son visage, Coraline me paraissait délicieuse…

Vous l’aurez compris, la dernière partie de cette soirée demeure floue pour moi.

Je crois que nous baignions tous dans une bienheureuse euphorie.

Qui a donné le signal de la séparation ? Cela reste un mystère.

Je me rappelle vaguement avoir pris congé de nos hôtes et les avoir invités à venir partager notre repas «à la bonne franquette un de ces soirs »

Il était bien minuit quand nous sommes rentrés chez nous, « ronds comme des queues de pelle ». Zoé nous attendait, un peu inquiète :

« Il était long votre apéritif ! Je commençais à me demander ce que vous deveniez! J’étais sur le point d’aller voir !

--Finalement, ils nous ont servi un véritable repas, rhum et « amuse-gueules » du tonnerre, et puis on a papoté et voilà… Tu aurais dû venir ! C’était plutôt sympa… Sérieux ! Ils gagnent à être connus, ces gens…Au fait, Lucien les a invités pour un repas «à la bonne franquette» Mardi soir…

--Hop ! Allez vous coucher ! Vous ne tenez pas debout ! Demain, je les appellerai pour confirmer l’invitation ; dans l’état où je vous vois, vous pourriez avoir inventé ou, pire, vous tromper de date… Je ferai la Poule farcie de Mamette ... C’est un plat de saison, un plat « à la bonne franquette » et un plat de chez nous. Ce sera bien…»

La poule farcie de Zoé ! Parfait !

(à suivre)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Bergeret
  • Le blog de Bergeret
  • : sans queue ni tête
  • Contact

Profil

  • bergeret
  • Mi-figue;mi-raisin
Procrastinateur confirmé
Fumiste
Bloguenaudouilleur
  • Mi-figue;mi-raisin Procrastinateur confirmé Fumiste Bloguenaudouilleur

Recherche